Après la pandémie, le besoin de réinventer la maison ?



Jean-Christophe Peyrieux
3. Concevoir des espaces polyvalents et modulaires où l’on se sent bien

L’architecte d’intérieur Jean-Christophe Peyrieux relativise pour avancer : « On a vu pire épreuve… Je me réjouis de ne pas avoir à évacuer mon village, envoyer mes fils à la guerre, craindre des bombes… », estime-t-il. « Nous sommes confinés mais nous avons la chance d’avoir les moyens de communication de cette époque (imaginez pendant la Guerre de 40, il n’y a que 80 ans…). »

Que met en exergue le confinement ? « Aujourd’hui, pour se protéger, il faut rester chez soi et cette crise nous fait juste réaliser ce dont on a vraiment besoin au quotidien : protection, confort, chaleur, organisation, intimité, convivialité. »

Comment s’adapter à la maison ? « En concevant des espaces polyvalents et en s’assurant que l’on s’y sent bien. Il faut également veiller à réserver des espaces privés pour chacun. »

Et pour l’avenir ? « Pour nous, architectes, c’est déjà notre challenge quotidien : s’assurer que chacun se sent bien individuellement dans sa maison et réussisse à cohabiter à plusieurs (pour la plupart d’entre nous) dans un espace commun. »

Rejoignant Jean-Christophe Peyrieux et Alexandra Teboul, l’architecte Frédéric Ganichot (OAGA) imagine de « concevoir des espaces plus modulaires pour avoir le choix d’être ensemble ou non. C’est déjà le cas depuis quelque temps, mais peut-être que cette crise va accentuer la tendance. Une chambre d’enfant pourra par exemple devenir une salle de jeu la journée, une chambre d’adulte peut se résumer à un seul lit ou devenir un bureau la journée », nous a-t-il indiqué.





Source link target= »_blank »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *