Devra-t-on repenser les méthodes de travail et les chantiers ?



Alexandra Gorla appelle pour sa part à consommer moins et davantage local : « J‘espère que l’après Covid-19 amènera les gens à ne plus “surconsommer”, à ne pas faire fabriquer des meubles à l’autre bout de la planète, ce qui participe grandement à l’augmentation de la pollution, à ne plus être dépendants comme nous le sommes d’un monde ultra-mondialisé, j’aimerais que les gens puissent faire appel à l’ébéniste de leur quartier pour limiter les émissions de CO2, mais aussi choisissent des matériaux écologiques ou issus de la récupération, réellement et pas juste une poignée de convaincus. Aussi, que les gens qui ont de faibles moyens puissent également construire durablement un espace qui leur convient ! »

Patricia Coignard suggère une solidarité accrue entre professionnels de la maison et artisans : « Concernant les chantiers, c’est-à-dire des artisans, on est très loin d’une organisation en réseau. Il manque souvent la prise de conscience que, comme dans tous les métiers, il s’agit d’une chaîne de compétences et de solidarité. Chacun a besoin de l’autre ! »



Source link target= »_blank »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *