Logement humide, que faire ?



D’après l’INSEE, l’humidité touche 50 % des logements en France : c’est un véritable fléau. Pour la vue, car elle détériore lentement mais sûrement votre logement. Pour la santé également, car elle favorise les problèmes respiratoires (allergies, rhumes), notamment chez les plus jeunes, et entretient un climat propice à l’arthrose. Enfin, pour votre porte-monnaie. Une maison humide dégage une impression de froid que l’on tente de pallier en montant le chauffage, occasionnant souvent jusqu’à 25 % de dépenses en plus sur la facture sans que le problème ne soit réglé. L’humidité progresse sans cesse, vous forçant à rénover vos murs très fréquemment, parfois même tous les six mois. Sans traitement aucun, cela peut aller jusqu’au sinistre. Au final, l’humidité est dangereuse, coûteuse et très stressante pour les occupants des logements concernés.

Nous avons voulu savoir si les locataires avaient un quelconque recours pour obliger leurs propriétaires à régler le problème. Et également connaître les recours possibles en cas d’achat d’un logement humide sans le savoir. Voici les conseils de William Coignard, expert en humidité dans les bâtiments, certifié par l’institut de l’expertise judiciaire de Paris, ainsi que de Hakan Goren, expert en assurances, à destination des locataires et propriétaires.





Source link target= »_blank »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *