que risque-t-on pendant la canicule ?

que risque-t-on pendant la canicule ?

Une vague de chaleur frappe l’Hexagone cette semaine et les températures devraient baisser seulement après le week-end. Si cette sécheresse a une incidence directe sur notre quotidien et la biodiversité, on ignore souvent que cela endommage aussi le réseau électrique. Si les épisodes de canicules se répètent, les risques de coupures de courant sont plus élevées, on vous explique tout.

Coupure de courant : quels sont les risques pendant la canicule ?

Les périodes de forte chaleur ont une incidence sur le réseau électrique français. En effet, au fur et à mesure que l’air se réchauffe, la température de la terre augmente aussi,  cela peut endommager les installations électriques enfouies à plus de 80 cm de profondeur. Ces câbles peuvent supporter des températures jusqu’à 90°C, mais si la chaleur intense persiste pendant plusieurs semaines consécutives et que les nuits restent chaudes : le sol goudronné surchauffe et la température de la terre monte rapidement. Le gestionnaire du réseau électrique Enedis a expliqué à Libération que la majorité des problèmes se situent au niveau de la boîte de jonction, un boîtier qui permet de relier deux câbles électriques.

Coupure de courant à cause de la canicule : qui est concerné ?

Ce sont les zones urbaines, souvent recouvertes de goudron, qui sont les plus menacées. En effet, fin juillet, la ville de Marseille a connu plusieurs coupures de courant, et début août, la ville de Lyon et ses agglomérations ont été touchées. Ces coupures dues aux fortes températures sont rares et représentent généralement moins de 5 % des interventions annuelles réalisées par les gestionnaires de réseau.

Coupure de courant à cause de la canicule : comment les éviter ?

Les gestionnaires indiquent également que les événements météorologiques affectent généralement les parties non enterrées du réseau, avec des coupures liées au vent, aux fortes pluies et même à la neige. Face aux aléas climatiques, Enedis investit chaque année environ 1 milliard d’euros dans son réseau pour le rendre plus résistant. Le gestionnaire du réseau électrique a également déployé la Force d’intervention électrique d’urgence (FIRE), qui peut mobiliser 2 650 employés en cas d’urgence depuis la tempête de 1999.



Source link target= »_blank »