une maison éco-responsable en pierre et bois

une maison éco-responsable en pierre et bois

Dans ce hameau classé où chaque construction neuve dépend d’une autorisation de l’architecte des bâtiments de France, l’idée était avant tout de se fondre dans le paysage en adoptant les codes de l’architecture traditionnelle locale : pour l’essentiel, des maisons en granit coiffées de toitures double pente en ardoises naturelles.

Maison éco-responsable en pierre et bois : zoom sur cette ancienne longère

Il s’agissait en outre de se glisser dans une parcelle longue et étroite, bordée de voisins sur ses deux longueurs. Cette disposition imposait nécessairement le recours à une volumétrie étirée de longère, classique en Bretagne et dans le hameau lui-même. Restait néanmoins à se protéger du vis-à-vis et à profiter au mieux des expositions. Les anciennes longères bretonnes tournent généralement leur façade principale vers le nord et le sud. Cette disposition était ici impossible, car cela aurait été synonyme d’ouverture sur les maisons voisines. Le parti pris fut d’aller chercher la lumière de l’ouest en ouvrant le pignon occidental qui donne sur une étendue dépourvue de construction. Le long de la façade sud, une pergola avec brise-soleil protège autant des regards que des effets de surchauffe. Elle chapeaute une coursive qui relie cette façade sud au pignon ouest et son jardin protégé.

Cette recherche d’intimité a également conditionné une autre caractéristique de la bâtisse : sa constitution en trois volumes parallèles, non alignés. Ceux-ci sont isolés les uns des autres mais reliés par une section de leur côté. Ils sont disposés, pour les plus périphériques, en limite de propriété, dont un avec un mur aveugle. Situées dans le volume principal et central, les pièces à vivre sont ainsi totalement invisibles aux yeux des voisins et passants, dissimulées par les deux autres volumes. Cette disposition constitue par ailleurs une forme de réinterprétation des longères traditionnelles, lesquelles s’étirent rarement sous un faîtage unique, mais voient au contraire s’en succéder plusieurs, plus ou moins décalés, qui rendent notamment compte des périodes successives de leur construction.

Maison éco-responsable en pierre et bois : des matériaux nobles

Au-delà des réinterprétations architecturales, l’insertion réussie de la demeure tient pour beaucoup à l’emploi de matériaux nobles, typiques de la région. Ses deux pignons principaux ont été construits à l’aide des pierres extraites du terrain lorsqu’il a fallu creuser les fondations. Pour le reste, la maison a été intégralement construite en ossature boiset charpente traditionnelle par l’entreprise locale A-S Bois, implantée à Pleurtuit. Clin d’œil au Cap-Ferret, où les propriétaires ont vécu quelque temps, le bardage médocain avec couvre-joints en châtaignier qui habille les façades rappelle les finitions de cabanes d’ostréiculteurs. L’ossature bois est une technique de construction peu énergivore. C’était aussi l’une des préoccupations majeures de l’architecte et de ses maîtres d’œuvre que de construire en respectant au mieux les normes environnementales. La maison arbore ainsi un solide manteau isolant : 2 x 200 mm de laine de verre en couches croisées pour la couverture, 140 mm de laine de roche dans l’ossature bois, doublés de 100 mm de laine de verre côté intérieur. À cette isolation renforcée sont associés une pompe à chaleur air/air et un système de récupération des eaux de pluie. Cette maison au charme d’hier répond ainsi indéniablement aux exigences de durabilité écologiques d’aujourd’hui.

Le point de vue de l’architecte d’intérieur Charlotte Chollet (ACCT Studio)

« Je dessine et mets en scène des espaces. Pour cette maison, j’ai imaginé un décor, un cadre sur mesure, où l’authentique, le style et le fonctionnel jouent et s’accordent au même rythme et composent l’histoire du lieu. À l’heure de concevoir un plan et une circulation, je tiens d’abord compte de la manière de vivre de mes clients. Pour ce plain-pied, la réflexion s’est portée sur une simplicité, une réelle ergonomie. La juste mesure du volume sous plafond et de l’espace offre du confort tout en gardant intimité et convivialité. J’aime jouer sur des emboîtements de volumes comme ici la pièce suspendue surplombant le salon, refuge de la maison. Je favorise aussi les circulations multiples, qui créent de la liberté, de la fluidité et de la praticité. Pour la décoration aussi, je reste ancrée chez mes clients, je m’émancipe des modes pour m’adapter à leur goût et leur caractère, en leur apportant une touche atypique et artistique, ADN de mon parcours. J’ai reçu une formation en feng shui qui m’inspire aujourd’hui beaucoup dans mes projets. Une bâtisse a toujours un impact sur ses occupants. Mon travail consiste à ce qu’il soit positif. Un lieu doit être pensé pour ce qu’il offre à voir, à vivre, à ressentir. »

A LIRE EGALEMENT :



Source link target= »_blank »